Les croyances et leur rôle dans les manipulations

Les croyances servent-elles la soupe aux manipulations ?

Dit autrement, nos croyances nous rendent-elles plus manipulables ?

Nombreux sont ceux qui le pense, et peut-être que vous aussi, vous avez un bon paquet d’a priori sur ce mot : croyance.

Pourtant, nous sommes toutes et tous pétris de croyances, qu’on en est conscience ou non, et nous devons faire avec.

Alors je vous propose dans ce nouveau format d’épisode, de se donner 10 minutes pour comprendre ce que sont vraiment les croyances, à quoi elles servent et pourquoi parfois, nous sommes aveuglés par elles.

(La transcription de l’audio en texte est disponible plus bas)
🟠 L’épisode :

00:00 ⇒  Introduction de l’épisode

01:01 ⇒ Nous avons tous des croyances

02:57 ⇒Un exemple de croyance : Mireille et sa foi en son journal favori

04:22 ⇒ Un exemple de croyance : Jean-Claude ne croit qu’en lui-même

05:29 ⇒ Les 3 étapes de construction d’une croyance

07:16  ⇒ Les croyances ne sont pas que religieuses !

08:10 ⇒ Pourquoi faut-il accepter ses croyances ?

10:25 ⇒Le magazine gratuit « La petite Histoire » pour lutter contre les manipulations

10:58 ⇒ Teaser du prochain épisode : Mark Hofmann et la création de faux documents historiques

Gardez sous la main les points clés de l’épisode : Téléchargez la carte-mémo !

 

🟠 Ce podcast s’accompagne d’un magazine gratuit « La petite Histoire » qui vous propose des articles et analyses complètes autour d’histoires de manipulations historiques ou contemporaines.
Vous pouvez télécharger tous les numéros ici :

🟠 « La petite Histoire des manipulations » est un podcast dédié à la prévention et à l’éducation contre les manipulations.

À chaque épisode, je vous présente une histoire de manipulation et vous propose d’analyser les techniques manipulatoires utilisées.
Chaque épisode se termine par quelques conseils pour éviter les situations de manipulation et en sortir.

 

🟠 Une question sur le magazine ou sur le podcast ?

contact@coralinehausenblas.com
LinkedIn : Coraline Hausenblas

 

🟠 Je suis Coraline Hausenblas, psychomotricienne Diplômée d’Etat et auteure.
Passionnée par les notions de communication et de relation, je travaille depuis plusieurs années sur les communications manipulatoires.
Je suis aujourd’hui spécialisée en analyse de documents écrits.

🟠 J’ai publié en mars 2022 une analyse d’écriture complète et chiffrée pour prouver que la « lettre du Titanic » est un faux document historique

Vous pouvez télécharger l’analyse scientifique complète ici :

🟠 Transcription de l’épisode :

Dans les précédents épisodes, on a vu différents types de manipulation.

Chaque situation est différente et pourtant, elles ont toutes un point commun :

Les croyances.

Que ce soit face à de faux médiums, à une fausse information historique, aux promesses de l’hypnose régressive ou encore des arnaqueurs sentimentales, la question est toujours la même :

Est-ce que nos croyances nous rendent manipulable ?

Alors j’entends déjà certains me dire : « Moi je n’ai pas ce problème : je ne crois en rien et je ne suis pas manipulable. »

Ça peut faire du bien de se mentir à soi même pendant 5 minutes mais, on va être clair tout de suite : un être humain sans aucune croyances, ça n’existe pas.

Car comme l’explique Henri Atlan dans son livre « Croyances, comment expliquer le monde ? », les croyances repose sur la confiance.

Et en tant qu’ếtres sociaux communicants, il y a plusieurs sphères de votre vie dans lesquelles vous êtes obligés de faire confiance à vos frères et sœurs humains.

Tous les jours, nous transmettons des informations et nous en recevons.

Et notre cerveau filtre pas mal de ces informations en laissant la mémoire décider en quelque sorte de ce qu’elle va en faire : soit les stocker soit les oublier.

Et comme il est humainement impossible de traiter toutes les infos qui nous parviennent, nous utilisons un autre système : la confiance.

Parce que nous les êtres humains, on a compris que pour gagner en énergie et en temps, c’est quand même plus pratique de pouvoir déléguer.

Et l’information n’y échappe pas.

On va illustrer ça avec un exemple :

Mireille est abonnée au journal quotidien qui s’appelle : « les yeux grand ouverts. »

Quand Mireille lit les articles de son journal favori, elle est souvent béate d’admiration devant l’intelligence des journalistes de cette rédaction.

Evidemment Mireille ne passe pas ses journées à aller vérifier sur Google si ce que disent les journalistes de son journal est vrai.

Et ceci pour une bonne raison : elle y passerait toutes ses journées !

Mireille qui lit le même journal depuis 20 ans, fait le pari que les journalistes qu’elle trouve si éblouissant ne peuvent être que sérieux, professionnels et impartiaux.

Pour le dire simplement : Mireille leur fait confiance.

Et puisque Mireille fait confiance au journal « Les yeux grand ouverts », elle a développé au fil du temps et de ses lectures, d’autres idées à son propos : elle est convaincu que la rédaction n’a aucun lien avec la haute finance, que les journalistes travaillent sans pression et de façon totalement indépendante.

Bref, parce que Mireille adore le journal « Les yeux grand ouverts » et qu’elle lui fait confiance, elle s’est progressivement construite une image et tout un tas de croyances.

Et ces croyances, son mari Jean-Claude lui, s’en contre-fou.

Jean-Claude lui ne lit aucun journal.

Sa croyance à lui, c’est que de toute façon, tous les journaux mentent.

Et chaque jour, le couple s’affronte et chacun essaie de défendre sa vision du journalisme.

Mireille essaie d’expliquer les raisons pour lesquelles il faut croire en la rédaction du journal « les yeux grand ouverts » face à un Jean-Claude qui ricane.

Mais, ce que font ces deux là c’est simplement de nier les croyances de l’autre.

Et évidemment, ça ne marche pas du tout.

Parce qu’aucun des deux ne se sent écoutés et encore moins compris.

Mireille pense dur comme fer que ce qu’elle croit à propos de son journal favori est basé sur des faits tangibles et objectifs.

Et c’est peut-être vrai dans un sens mais, elle refuse de penser qu’elle a crée de toute pièce une belle image de personnes qu’au final elle ne connaît pas et d’un journal dont elle ignore tout du fonctionnement interne.

Mireille a construit sa croyance par étapes, un peu comme on construit une maison :

– il faut d’abord des fondations : et ces fondations, c’est le fait de donner sa confiance (Mireille c’est à son journal favori mais pour d’autres personnes ce sera à une idée, à des leaders religieux, politiques, etc,)

– Il y a ensuite la construction en elle-même : c’est le processus où on va faire tout un tas d’associations d’idées pour inférer de belles valeurs à l’objet de sa confiance.

Le but de cette étape c’est de renforcer la confiance et par voie de conséquence, la croyance.

– Et enfin on arrive aux finitions : à ce niveau là, la confiance est totale, presque illimitée. On est sûr que l’idée ou la personne est digne de confiance et les croyances à son égard sont totales.

A l’inverse de Mireille, notre bon Jean-Claude lui, ignore qu’il est lui aussi pétri de croyances quand il affirme à qui veut l’entendre que tous les journaux sont des torchons.

Parce que s’il refuse d’accorder sa confiance aux journaux, il a juste déporté sa confiance sur une autre personne : lui-même.

Jean-Claude n’a pas confiance dans la presse mais, il a une confiance infinie et sans limite en une chose : son propre jugement.

Mireille et jean-Claude ont un point en commun malgré leur différence apparente : ils ont la foi.

Ils croient tous les deux mais ils croient en deux choses différentes : Mireille à foi dans l’intégrité de l’équipe rédactionnelle de son journal favori et Jean-Claude lui, n’a foi qu’en lui même.

Les croyances : des idées fausses tenaces

Alors vous l’avez compris, pour illustrer le concept de croyance, j’ai volontairement pris l’exemple de la foi en un journal.

Et j’ai fais ce choix parce qu’en général, quand on entend le mot « croyances », on pense tout de suite à : religions ou pensées mystiques Y ou Y.

Associer le mot « croyance » aux seules croyances religieuses est une erreur et une erreur grossière.

Parce que la réalité, c’est que vous avez tout un tas de croyances : sur vos parents par exemple, ou sur vos amis ou encore sur la nature humaine.

Et surtout, vous avez aussi tout un tas de croyances… sur vous-même !

Dont peut-être celle de croire, comme Jean-Claude, que vous êtes sans croyances…

Les croyances dans les manipulations

Alors pourquoi il est important d’accepter ses croyances ?

Parce que les croyances font parties de vous.

Elles sont une part de vous, de votre identité.

Et se connaître, c’est le premier bouclier anti-manipulation.

Plutôt que de lutter contre quelque chose dont vous ne pourrez jamais vous défaire totalement, il est préférable de se regarder en face et sans faux semblants.

Les croyances ne sont pas quelque chose de honteux.

Elles ne sont que des images et des idées que vous acceptez comme vrai.

Les croyances ne sont pas « bonnes » ou « mauvaises » en tant que tel. C’est ce qu’on va faire d’elles qui sera déterminant.

Et surtout, elles ne sont pas figées dans le temps.

Selon votre âge, vos expériences de vie et les interactions avec d’autres humains, nos croyances se modifient.

Alors parfois, nos croyances vont nous faire gober n’importe quoi et c’est là qu’il faut se méfier.

La question de la foi est importante car c’est souvent elle qui peut nous leurrer : Mireille on l’a vu, a une foi aveugle envers un système dont en vérité elle ignore tout et elle déchantera lorsqu’elle apprendra un jour que les conditions réelles de travail des journalistes de son journal-Bible sont exécrables et que la censure y règne en maître.

Ça nous rappelle qu’il faut veiller à ne pas se laisser contrôler par nos croyances au risque de créer de fausses représentations de la réalité et finir par croire tout et surtout n’importe quoi.

Mais il est illusoire de penser qu’on va combattre ce qu’on appelle « les croyances ».

Alors autant bien les comprendre pour pouvoir lutter contre celles et ceux qui veulent se servir de nos croyances pour nous manipuler.

Si le sujet des manipulations vous passionne, vous pouvez aller télécharger tous les numéros du magazine gratuit « La petite Histoire » ici.

La petite Histoire c’est un magazine consacré à l’éducation et à la prévention contre les manipulations

Et en plus, il est totalement gratuit !

Le prochain épisode sera un épisode plus long consacré à la fabrication de faux documents historiques.

On va essayer de comprendre la psychologie de l’un des plus grands faussaires de l’histoire des états-unis : Mark Hofmann.

Et si vous souhaitez tout de suite en savoir plus sur Mark Hofmann, la chaîne YT Nota Bonus a sorti une courte vidéo d’introduction à son sujet.

J’ai eu le grand plaisir de travailler avec l’équipe de Nota Bonus pour effectuer les recherches et co-écrire le script de cette vidéo.

Et vous verrez, l’histoire de Mark Hofmann est hallucinante.

En attendant de vous retrouver jeudi dans 15 jours,

je vous remercie d’avoir écouté cet épisode et n’oubliez pas :

« Un grand bobard, commence toujours par une petite histoire. »

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.