Le scandale Milli Vanilli – la création de faux chanteurs

« Pour chanter, on a pas besoin d’avoir un physique de mannequin. » Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase et c’est sûrement ce que vous pensez. Après tout, chanter c’est communiquer par l’intermédiaire de sa voix et on voit pas forcément ce que la beauté physique vient faire là dedans. Et bien l’histoire d’aujourd’hui va vous montrer que dans le milieu du show business, on peut créer de toute pièce des chanteurs qui ne chantent pas mais… qui sont mortellement beaux..

(La transcription de l’audio en texte est disponible plus bas)

🟠 L’épisode :

00:00 = Introduction de l’épisode
00:49 = La petite histoire de Milli Vanilli
07:12 = Le magazine gratuit de lutte contre les manipulations « La petite Histoire »
07:49 = 3 techniques pour se sauver d’un scandale
13:54 = Astuces pour ne pas se faire manipuler
18:14 = Récapitulatif de l’épisode
19:47 = Que sont devenus les membres de Milli Vanilli et leur producteur ?
20:36 = Pour lutter contre les manipulations
21:07 = Teaser du prochain épisode (10 minutes pour comprendre… la confiance et l’estime de soi et leur rôle dans les manipulations)

🟠 Envie d’aller plus loin dans les connaissances sur la manipulation ?

Ce podcast s’accompagne d’un magazine gratuit « La petite Histoire » qui vous propose des articles et analyses complètes autour d’histoires de manipulations historiques ou contemporaines.
Vous pouvez télécharger tous les numéros ici :

🟠 « La petite Histoire des manipulations » est un podcast dédié à la prévention et à l’éducation contre les manipulations.

À chaque épisode, je vous présente une histoire de manipulation et vous propose d’analyser les techniques manipulatoires utilisées.
Chaque épisode se termine par quelques conseils pour éviter les situations de manipulation et en sortir.

🟠 Une question sur le magazine ou sur le podcast ?

contact@coralinehausenblas.com
LinkedIn : Coraline Hausenblas

🟠 Je suis Coraline Hausenblas, psychomotricienne Diplômée d’Etat et auteure.
Passionnée par les notions de communication et de relation, je travaille depuis plusieurs années sur les communications manipulatoires.
Je suis aujourd’hui spécialisée en analyse de documents écrits.

🟠 J’ai publié en mars 2022 une analyse d’écriture complète et chiffrée pour prouver que la « lettre du Titanic » est un faux document historique

Vous pouvez télécharger l’analyse scientifique complète ici :

🟠 Transcription de l’épisode :

Allemagne, 1987.

Frank Farian est un chanteur – compositeur et producteur de talent.

Il a déjà composé plusieurs chansons qui sont devenues des succès planétaires.

Il vient d’ailleurs de finir d’écrire ce qui pourrait être son prochain gros succès.

Même la musique est déjà prête.

Mais Frank a un problème.

Il a 46 ans.

Bien sûr pour le commun des mortels, ça n’est pas franchement ce qu’on appelle un problème.

Mais, dans le milieu dans lequel Frank travaille… c’est un vrai gros problème.

Ce milieu, c’est celui du show business.

Frank vit et travaille au quotidien entouré de célébrités et tous rivalisent pour rester jeunes et beaux.

Mais, Frank est réaliste.

Il sait très bien que selon les critères du monde impitoyable du spectacle, il n’est plus ni l’un ni l’autre.

Alors que faire ?

Il a un futur méga-hit sur les bras.

Il a même déjà enregistré les voix qui chantent les paroles de la chanson.

Il ne manque plus à Frank qu’un élément pour que son projet se concrétise : deux beaux gosses.

Parce que oui, Frank est un pragmatique.

Il est en charge de la création artistique mais, il connaît bien les codes du milieu de la chanson en cette fin des années 80.

Il sait que le business demande des voix mais surtout… des physiques.

Bien sûr le public lui, doit continuer de penser que pour être chanteur, on a pas besoin d’être mannequin.

Mais en coulisses, c’est toute l’industrie qui connaît bien cette règle du marketing : pour vendre, il faut des ambassadeurs. Alors on cherche de jolis minois, des corps jeunes et sveltes.

Bref, on prend soin du packaging.

En cette année 1987, Frank est un homme heureux.

Parce que deux jeunes gars viennent justement de taper à sa porte.

Ils sont jeunes, athlétiques, posent pour des magazines. Pour faire court : ils sont tout ce que recherche Frank.

C’est décidé : Fabien Morvan et Robert Pilatus seront les visages d’un tout nouveau groupe : Milli Vanilli.

Et les deux jeunes hommes sont aux anges.

Cela fait un moment qu’ils travaillent sur leurs projets musicaux et enfin, il semble que les étoiles s’alignent pour assurer leur succès dans le monde très fermé du show business.

Alors, les deux jeunes qui ont une vingtaine d’année, signent le contrat qu’on leur met sous le nez.

Ils empochent les 4000 dollars d’avance et quittent Frank en rêvant aux lendemains qui chantent.

Quand Fab et Rob reviennent en studio, ils ont chauffé leurs voix et ils sont prêts à enregistrer les chansons de leur prochain album.

Mais, les sourires disparaissent rapidement.

En quelques secondes, c’est même un renversement de situation total :

On explique aux garçons, que ce n’est pas la peine de venir en studio car on a déjà des chanteurs.

Et puis, Frank explique que de toute façon, toutes les chansons sont déjà prêtes, et que maintenant, est arrivé le temps de la promo.

Rob et Fab se rendent alors compte qu’ils ont été engagé pour trois choses :

– danser

– tenir un micro

– et bouger les lèvres

Mais, aucuns sons ne doit sortir de leur bouche.

Le plan est clair : Ils ne seront que des vitrines pendant que les artistes travailleront dans l’ombre.

Rob et Fab sont outrés, mais c’est trop tard…

Frank leur rappelle qu’ils ont signé un contrat et qu’en signant, ils ont accepté le deal.

Evidemment, les deux gamins n’ont pas tout compris aux termes flous contenus dans les pages du document.

Evidemment, ils n’avaient pas d’avocats pour leur expliquer ce qu’ils signaient.

Alors, les hommes n’ont pas le choix : ils acceptent de mettre leur talent et leurs voix de côté et se présentent au monde comme le nouveau groupe ultra tendance : Milli Vanilli.

Et pendant que le succès est immédiat et mondial, les deux jeunes garçons comprennent qu’ils sont devenus les jouets d’une mascarade.

Frank a crée une bombe qui ne tardera pas à exploser.

Quand un jour sur scène, le playback habituel déraille, c’est le début de la fin.

Tout d’un coup, l’industrie du disque est choquée d’une pratique qu’elle connaît pourtant par coeur.

Tout le monde fait semblant d’oublier qu’avant Milli Vanilli, Frank Farian avait déjà crée de toute pièce un autre groupe un décennie plus tôt : le groupe à succès Boney M.

Rob et Fab passent sous le rouleau compresseur de l’hypocrisie de masse et se voient mis au Pilori.

Ça en est fini de Milli Vanilli.

Les deux jeunes hommes embauchés pour leurs physiques ont beau essayer de s’expliquer, on ne les écoute pas.

Après s’être vu couper le sifflet par leur producteur, ils semblent ne plus avoir de voix pour être entendu.

Rob et Fab ont signé un contrat qui a scellé leur destin.

Ce genre de contrat qu’on dit être passé avec le diable …

L’histoire de Milli Vanilli est souvent considérée comme l’un des plus gros scandales de l’histoire de la musique.

Pourtant, ce que certains considèrent comme étant une manipulation, est une pratique ultra connue et ultra utilisée par l’industrie musicale.

Alors pourquoi cette affaire a-t-elle créée tant d’émotions ?

Alors avant d’analyser le phénomène de la création de faux chanteurs, n’oubliez pas que si vous souhaitez en apprendre plus sur la manipulation, vous pouvez télécharger à la fin de l’épisode les numéros du magazine gratuit « La petite Histoire » sur ce site.

Le magazine « la petite Histoire » c’est un magazine totalement gratuit pour apprendre toutes les ficelles des manipulations.

Si vous en avez marre que les manipulations dirigent votre vie, c’est le magazine « La petite Histoire » qu’il vous faut et c’est sur coralinehausenblas.com que ça se passe.

Revenons maintenant à notre affaire Milli Vanilli pour essayer d’analyser les coulisses d’un scandale.

Et c’est vraiment dans les coulisses qu’on va aller car je vous propose de lever le voile sur 3 étapes dans la création d’un canular public et surtout sur la gestion de crise, quand le canular vient à être démasqué.

La première c’est ce que j’appelle le « le Secret de fabrication » :

Cette étape se joue au moment de la construction du canular.

Si on reprend l’exemple de la construction de Milli Vanilli, on voit que ce qu’à fait Frank Farian n’est pas nouveau.

C’était même une pratique courante dans l’industrie du disque de prendre quelqu’un pour chanter en studio et quelqu’un pour la scène.

Donc à l’époque du scandale Milli Vanilli, il est impossible que le monde de la musique découvre cette pratique.

Tout le monde impliqué dans le show business la connaissait.

Mais, cette pratique était entourée d’une règle : Le secret.

Mais si le monde du show business savait, pour qui donc était réservé ce secret ?

Pour le public.

Entendez : pour les consommateurs.

Chaque industrie a ses « secrets », ou si vous voulez ses « recettes de fabrication » qu’elle entend ne pas partager avec les autres.

Et bien là, c’est pareil.

Le business de la musique, comme tout business, déteste que sa « popote interne » ou ses « secrets de fabrication » soient éventés.

Elle déteste que le public sache ce qui se passe réellement en studio et dans les coulisses.

Elle a ses « secrets de fabrication » et entend les protéger comme Coca-Cola protège sa recette.

Alors quand un de ses secrets vient à être rendu public, l’industrie doit mettre d’urgence un plan de gestion de crise en place.

Et parfois, une des stratégies possibles pour faire face à une situation de crise, c’est le recours à la bonne vieille hypocrisie.

Et oui, si l’hypocrisie est si répandue dans nos sociétés humaines c’est parce qu’elle a un rôle très important : se protéger.

Dans notre exemple, quand l’industrie de la musique se rend compte que le secret de fabrication du groupe Milli Vanilli est en passe d’être connu et que tout l’édifice du canular va s’écrouler, elle n’a plus qu’à feinter de découvrir ce qu’il s’est passé.

Alors tout le monde joue les étonnés, tout le monde prétend que c’est honteux.

En fait, l’industrie écoute attentivement ce qui se passe dans la presse et dans le public.

Et elle découvre que les articles à charge contre le groupe se multiplient dans la presse

et que certains fans manifestent leur colère en écrasant au rouleau compresseur les cassettes et les CD du groupe.

Alors l’industrie du disque décide que le mieux à faire à de rejoindre la foule et sa colère.

Et là où les choses deviennent vraiment dégueulasse, c’est que non contente de feinter son étonnement et jurer tous les dieux que personne ne savait, l’industrie du disque va faire passer Rob et Fab pour les premiers responsables.

En d’autres termes, le but de l’industrie qui voit son secret de fabrication éventé est très clairement de créer un bouc-émissaire.

Et on en vient maintenant à la troisième étape que j’appelle « le sacrifice du bouc-émissaire »

La seule raison pour laquelle on crée un bouc-émissaire, c’est toujours pour le sacrifier.

C’est la seule raison d’être du bouc-émissaire.

Et c’est malheureusement, ce qui va se passer avec Milli Vanilli.

Les deux faux chanteurs du groupe vont devenir persona non grata dans les médias, les chansons du groupe vont être moins diffusées à la radio et à la télé. Bref, on fait disparaître Milli Vanilli et on fait définitivement taire les deux jeunes hommes qui en étaient la vitrine.

Aux Etats-Unis, des campagnes juridiques sont lancées et c’est du pur délire.

Vous avez acheté une cassette du dernier album de Milli Vanilli ? Ou vous avez un jour était à l’un de leur concert ?

Et bien vous pouvez demander à obtenir un dédommagement !

Certains embaucheront même des avocats et traîneront le groupe en justice au prétexte d’un préjudice moral !

Ils diront que la découverte de la supercherie leur cause un choc psychologique qui a des répercussions dans leur vie…

Ça vous donne une idée de l’ampleur de l’affaire.

Bien sûr toutes ces tentatives grotesques de surfer sur l’affaire pour gagner de l’argent n’aboutiront pas mais, pendant ce temps, Fab et Rob sont noyés.

Noyés sous la pression, sous les injures, sous les accusations.

Et ils paient pour une raison et une raison uniquement : le dévoilement du secret.

L’industrie de la musique ne pardonnera pas le fait que le public ait appris un de ses secrets de fabrication.

Et bien sûr, comme elle est bien décidé à ne pas se remettre en cause et à prendre ses responsabilités, c’est le bouc-émissaire qui va morfler.

Rob et Fab vont prendre pour toute une industrie.

Une industrie qui considère que rien n’est plus grave que de voir ses secrets de fabrication lui échapper.

Donc on vient de le voir, derrière le scandale Milli Vanilli, l’industrie de la musique, comme toutes les industries, a recourt parfois à des tactiques pas jolies-jolies quand elle est prise dans la tempête.

On va voir maintenant quelques astuces pour éviter de se retrouver dans la même situation que celle qu’à connu Rob Pilatus et Fab Morvan.

1) Alors la première chose qu’on peut conseiller c’est de toujours lire les contrats avant de les signer !

Un contrat c’est un document légal qui nous engage dès qu’il est signé.

Il faut donc toujours tout lire et surtout, les petites lignes car c’est souvent là que les problèmes se trouvent.

Vous connaissez l’adage : « Le diable est dans les détails » !

Donc devant un contrat, on garde son calme et on demande à le lire à tête reposée.

On ne signe rien en quelques secondes, sur un bout de table !

Et même si la personne qui vous propose le contrat insiste pour que vous signiez tout de suite !

Je dirais même, surtout si la personne insiste pour signer tout de suite !

Faite super gaffe à ce genre de pression et de chantage au temps du style : « non mais vas-y signe, comme ça on pourra commencer à travailler tout de suite »

Ben non, on va pas commencer à travailler tout de suite.

On va attendre un peu, le temps que je lise tranquillement les clauses du contrat.

2) Le deuxième conseil c’est de toujours faire lire un contrat par un juriste.

Une fois que vous avez votre contrat et que vous pouvez le lire à tête reposée, prenez rendez-vous avec un juriste spécialisé.

Faire lire les clauses d’un contrat à un spécialiste de la loi ce n’est pas une option, c’est une obligation si vous voulez éviter bien des surprises.

Parce que les contrats sont souvent truffés de termes techniques pour ne pas dire totalement abscons.

Et aussi parce que ce qu’on appelle des « clauses abusives » s’y retrouvent fréquemment.

Et on va pas se mentir, la plupart des contrats sont incompréhensibles.

Parfois c’est volontaire, parfois c’est involontaire et c’est dû simplement au langage légal, mais dans tous les cas, il vaut mieux payer une consultation avec un avocat, et s’assurer avant de signer, que tout est ok.

Sinon, à part vos yeux pour pleurer, il ne vous restera probablement pas grand-chose.

Rob et Fab l’ont appris à leur dépend…

3) Enfin, le troisième conseil qui est probablement le plus simple mais aussi le plus compliqué à mettre en place pour beaucoup d’entre nous : même devant la plus belle opportunité, garder les pieds sur terre.

Franchement, je comprends tout à fait comment Rob Pilatus et Fab Morvan se sont retrouvés piégés.

Ils étaient jeunes, n’étaient pas entourés d’une armée de juristes autour d’eux pour les conseiller, ne connaissaient rien au monde du show business.

Beaucoup se sont moqués d’eux mais, si on est un peu honnête envers soi-même, on sait qu’on peut tous se retrouver un jour dans une telle situation.

Pourquoi ?

Parce la manipulation qui marche du tonnerre dans ce genre de situation, c’est la manipulation des émotions.

Quand on a l’impression que la roue tourne enfin, qu’une aubaine se présente à nous, on a tendance à se laisser emporter par une vague d’optimisme et de joie qui balaye tout sur son passage.

Et c’est à ce moment là qu’on peut faire beaucoup de bêtises.

Et les gens en face de vous qui veulent vous faire signer vite un contrat sous leurs conditions, le savent aussi.

Et certains en abusent.

Donc, on récapitule :

Dans « l’affaire Milli Vanilli », on peut mettre en avant comment l’industrie du disque de l’époque a agit pour créer un canular public et gérer la crise quand le canular a été dévoilé aux fans.

1) comme toute industrie, celle de la musique a ses secrets de fabrication. La création de faux chanteurs en est un et la création du groupe Milli Vanilli n’en est qu’un exemple dans l’histoire de la musique.

2) Quand un secret de fabrication devient public et qu’il fait scandale, une des façons de gérer la crise c’est de recourir à l’hypocrisie, feindre de ne pas avoir su et créer un bouc-émissaire.

3) enfin, en dernier lieu, c’est la destruction du bouc-émissaire, c’est à dire faire en sorte que toute la faute repose que le bouc-émissaire pour faire oublier le scandale.

Alors pour éviter de vivre des procédés d’une telle violence, comment se protéger ?

1) premièrement en prenant le temps de toujours lire les contrats et surtout les petites lignes !

2) deuxièmement en investissant dans les conseils d’un juriste qui pourra dire si le contrat est ok ou s’il comprend des clauses abusives ou clairement illégales.

3) troisièmement, en travaillant son estime de soi. Ne pensez pas que vous êtes en position de faiblesse sinon vous courez le risque de vous mettre en position de faiblesse !

Le producteur Frank Farian est aujourd’hui âgé de 81 ans.

Après le « scandale Milli Vanilli » il a continué à composer et à travailler pour d’autres artistes.

Fabien Morvan et Robert Pilatus ont essayé de reconstruire leur duo en montrant au public qu’ils étaient de vrais artistes, capables de chanter.

Malheureusement, la santé physique et mentale de Rob Pilatus décline et le jeune homme tombe dans la dépression et l’abus de substances illégales.

Après plusieurs tentatives de suicide, on retrouve Robert mort le 3 avril 1998.

Fab Morvan continue aujourd’hui sa carrière de chanteur.

Alors n’oubliez pas, le meilleur moyen de lutter contre les manipulations c’est d’apprendre comment elles fonctionnent.

Si le sujet des manipulations vous passionne, rejoignez-moi tout de suite sur la Newsletter du site pour télécharger votre carte-mémo et accéder aux contenus bonus exclusifs.

Le prochain épisode sera un épisode de la série « 10 minutes pour comprendre ».

On va parler estime de soi et confiance en soi pour comprendre comment les manipulateurs adorent jouer sur ces notions pour nous berner.

En attendant de vous retrouver jeudi dans 15 jours,

je vous remercie d’avoir écouté cet épisode et n’oubliez pas :

« Un grand bobard, commence toujours par une petite histoire. »

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.